ISF SystExt au Forum Kéniéba : activités minières et société civile au Mali

22 novembre 2011
ISF SystExt
Forum participatif sur la gestion concertée des ressources minérales du Cercle de Kéniéba (Mali), auquel Ingénieurs sans frontières est associé via le soutien à l’Association des Ressortissants de Kéniéba en France (ARKF)
Mine d'or de Loulo, dans le cercle de Kéniéba [Source : Ministère des mines du Mali - 2011]

Du 22 au 24 Novembre 2011 à Sitakily se dérouleront visites de sites miniers, conférences et ateliers pour permettre l’expression et le dialogue entre les différents acteurs des activités extractives du Cercle. Le forum portera sur différents aspects des activités extractives dont la législation et les rentes minières, les impacts environnementaux, économiques et sociétaux et leurs gestions, la gestion des extensions et la définition d'une structure démocratique.

Collaborant depuis plus d’un an sur ce projet, Ingénieurs sans frontières sera représenté lors de cet événement par un membre du groupe d’ingénieurs en activité « Systèmes Extractifs et Environnements ». Observateur et rapporteur des échanges qui auront lieu, ISF continuera sa collaboration en épaulant l’ARKF dans la capitalisation des avancées du forum en France et au Mali.

En effet, ce projet ne doit pas être qu’une simple cérémonie de discussions mais bien un espace d’échanges duquel un plan concret doit émerger. Pour rappel (article Alter’actif, Altermondes et Vivagora), le cercle de Kéniéba est à la fois une des régions les plus pauvres du Mali et la première zone productrice d’or (avec des réserves approchant le millier de tonnes.

Un dialogue est donc nécessaire pour renverser cette tendance et le forum doit être l’occasion de poser les bases d’une nouvelle dynamique plus respectueuse des droits des communautés locales et de leurs environnements. Toutefois les solutions ne sont pas simples à élaborer, le manque d’informations sur l’état du cercle constituant le premier obstacle. Par ailleurs, la gestion des activités extractives par l’état malien est loin d’être efficace, les abus de toutes natures étant de plus facilités (corruption, évasion fiscale, non respect des droits humains et environnementaux rapport FIDH et OXFAM).

Les défis de ce forum sont nombreux et l’ARKF doit assurer une mobilisation forte et unie avec ses partenaires de la société civile malienne. Elle aura à cœur de porter les messages suivants qui devront guider leurs propositions lors des ateliers :

- demander la transparence des activités minières, tant les attributions de permis et de licences fournis aux mineurs que les résultats des études d'impacts et les revenus miniers ;
- appuyer le besoin d’une décentralisation, essentielle pour le suivi efficace  des activités minières ;
- insister sur le besoin d’une réflexion basée dès aujourd'hui sur l’inéluctable disparition des activités minières dans le cercle (au rythme actuel de production, on considère que les réserves d’or seront épuisées dans vingt ans) ;
- assurer l’intégration des communautés locale dans la gestion des ressources minérales par la création d'une structure de gouvernance adéquate.